Un radiateur au gaz

Embargos, gazoducs Nord Stream I et II, …  décidément, cette année, le gaz naturel surchauffe et fait parler de lui ! Pas de quoi rassurer les Français-es, pour qui le chauffage au gaz est encore aujourd’hui un mode de chauffage très populaire. Le bouquet énergétique des réseaux de chaleur français reste en effet aujourd’hui dominé par le gaz (35%), comme le rappelle l’édition 2021 des Chiffres clés de l’énergie, publiés par le ministère de la Transition écologique. Comment expliquer une telle popularité du chauffage au gaz ? Comment réduire l’empreinte carbone de sa consommation de chauffage et quelles sont les alternatives renouvelables au chauffage au gaz ? Notre équipe vous dit tout !

Chauffage au gaz : comment ça marche ?

Chaudière à combustion, chaudière hybride, radiateurs, plancher chauffant … choisir son installation de chauffage au gaz, ça donne vite le tournis ! Pas de panique, notre équipe est là. 3, 2, 1… attachez vos ceintures, embarquement immédiat pour un décryptage des différents types de chaudières au gaz ! 🚀

Chauffage au gaz : différentes installations pour différents usages 

Lorsqu’on évoque le chauffage au gaz, on parle généralement d’un système de chauffage central alimenté par une chaudière au gaz.

Le chauffage central, qu’est-ce que c’est ? C’est la combinaison de trois composants  : 

  • un générateur, qui produit de la chaleur. Dans le cas du chauffage central au gaz, il s’agit alors de la chaudière, qui produit cette chaleur par combustion ;
  • Cette chaleur est ensuite acheminée du générateur jusqu’à des émetteurs de chaleur, via un système de distribution, dans la majeure partie des cas un réseau de tuyaux qui relient des radiateurs au gaz. Ce système de distribution peut utiliser soit de l’eau soit de l’air comme fluide transmetteur. Eh oui, contrairement aux idées reçues, le gaz ne se balade pas partout dans les tuyaux de votre installation de chauffage ! 
  • Ce sont ces émetteurs de chaleur qui vont restituer la chaleur au lieu et au moment demandé par l’utilisateur. Dans le cas du chauffage au gaz, ces émetteurs de chaleur peuvent être de nature très différente : radiateurs haute température ou basse température, parquet chauffant ou encore des ventilo-convecteurs. Certains de ces émetteurs comme le plancher chauffant sont particulièrement réputés pour procurer à leur utilisateur un confort thermique inégalé, notamment car ils chauffent l’air sans l’assécher

En plus du chauffage central, le chauffage au gaz peut également vous permettre d’obtenir de l’eau chaude sanitaire. Il s’agit donc d’un mode de chauffage plutôt complet. 

Enfin, contrairement aux idées reçues, le chauffage au gaz peut également être un chauffage d’appoint. Vous avez sans doute déjà vu ces cheminées avec une flamme constante qui ne nécessitent pas d’alimentation régulière ? Elles fonctionnent au gaz et nécessitent alors bien moins d’œuvre qu’un chauffage au bois. Pas besoin de tomber la chemise 👔 pour alimenter le chauffage en bûches ou en granulés !

Une efficacité énergétique très inégale entre les différentes installations

Chaudière à gaz standard, chaudière à condensation, chaudière à gaz à micro-cogénération ou encore chaudière hybride (combinaison d’une chaudière à gaz à condensation et d’une pompe à chaleur air-eau ou de panneaux solaires thermiques) … pas facile de s’y retrouver quand on choisit son installation de chauffage au gaz ! 🔎

Ce qu’il faut avoir en tête, c’est que ces différents systèmes de chauffage au gaz se distinguent avant tout par leur efficacité énergétique. Cette différence s’explique notamment par les technologies utilisées par la chaudière pour produire de la chaleur

Une chaudière standard utilise l’énergie libérée par la combustion du gaz lorsque celui-ci entre au contact de l’air. Une chaudière à condensation récupère cette même énergie, mais aussi celle produite par la condensation de l’eau contenue dans les fumées produites par la combustion de gaz. Cette dernière associe intelligemment le gaz et l’électricité.

La chaudière à gaz classique est alors la chaudière bénéficiant du rendement le plus faible. Suivent ensuite la chaudière basse température, la chaudière à gaz à condensation, la chaudière à micro-cogénération, la chaudière hybride puis la chaudière pulsatoire

Le prix de ces différents équipements varie en fonction de leur efficacité énergétique. Sachez que jusqu’au 31 décembre 2022, vous pouvez notamment bénéficier de MaPrimeRénov’ pour installer une chaudière à gaz à très haute performance énergétique

Chauffage au gaz, oui, mais lequel ? 

Vous l’avez compris plus haut, c’est la combustion du gaz lorsqu’il entre en contact avec l’air qui produit de la chaleur au sein des chaudières gaz. Mais quel est ce gaz au juste ? 

Le plus connu : le gaz naturel

Le plus connu et le plus largement répandu est le gaz naturel. Il est également appelé « gaz de ville », car il est acheminé par le réseau de distribution urbain. En 2022, il représente 15,8% du bouquet énergétique primaire de la France (Chiffres clés de l’énergie, ministère de la Transition écologique, Édition 2021). 

Toutes les villes ne sont pas raccordées au gaz, notamment dans les zones rurales. Si votre commune en dispose, vous pouvez souscrire un contrat de fourniture de gaz et demander le raccordement de votre habitation au réseau. Il vous en coûtera entre 350 et 550€ en fonction de la distance à parcourir. 

Le biométhane : le new contender renouvelable et écologique

Le biométhane est une alternative renouvelable au gaz naturel. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler sous le terme de biogaz, de gaz vert ou encore de gaz écologique. 🌳

Pourquoi écologique ? Parce que ce gaz est issu de la méthanisation, c’est-à-dire de la fermentation de déchets organiques. Il est donc issu d’une énergie primaire renouvelable : la biomasse

Ces déchets peuvent être agricoles (oui, le biométhane, c’est entre autres de la m**** de vache, mais pour une fois c’est positif ! 😁), industriels ou ménagers. 

Pour encourager l’introduction de biométhane dans le réseau gazier, vous pouvez souscrire à une offre verte auprès d’un fournisseur d’énergie comme ekWateur. Attention, souscrire à une offre verte ne signifie pas que vous ne consommerez que du biogaz. Cela signifie que votre fournisseur de gaz s’engage à ce qu’un certain pourcentage de votre consommation de gaz (défini dans votre contrat) sera réinjecté dans le réseau gazier sous forme de gaz vert. Si votre consommation personnelle de gaz ne sera alors pas pleinement renouvelable, votre choix de consommation contribuera à accroître la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique français. 

Le gaz de pétrole liquéfié : celui qu’il faut oublier 

Le gaz de pétrole liquéfié (GPL pour les intimes) est le troisième combustible que l’on retrouve dans les chaudières au gaz. Il ne faut pas le confondre avec le fioul qui est lui aussi un combustible utilisé dans certaines chaudières.

Ce gaz n’est pas disponible via le réseau gazier classique. Il s’utilise sous forme de butane ou de propane et doit être stocké à votre domicile sous forme de bouteille ou de citerne. Son utilisation est encore plus polluante que celle du gaz naturel. 

Comment réaliser des économies grâce à son installation de chauffage au gaz ?

En 2016, l’ADEME évaluait la facture moyenne de chauffage des Français-es qui se chauffent au gaz à 1415 euros (ADEME, Mieux se chauffer). Et c’était avant la flambée des prix de l’énergie que nous connaissons aujourd’hui ! 

Installer des équipements performants énergétiquement

Nous l’évoquions ci-dessus : l’efficacité énergétique de votre dispositif de chauffage au gaz sera déterminante sur le prix de votre facture. Pour préserver votre porte-monnaie, privilégiez donc l’installation d’équipements très performants. Même s’ils sont plus chers à l’achat, vous soulagerez votre porte-monnaie à moyen terme, tout en réduisant l’empreinte carbone de votre logement

Ne négligez par ailleurs par l’entretien annuel obligatoire de votre chaudière. Essentiel au bon fonctionnement de votre appareil, cet entretien vous permettra également de vous assurer que ses performances et son rendement sont parfaitement optimisés. Une chaudière mal réglée ou mal entretenue peut en effet entraîner une surconsommation de gaz et alourdir considérablement votre facture de gaz

Réguler et programmer automatiquement la température

Dans la majeure partie des cas, il est possible d’équiper votre chauffage au gaz de dispositifs de régulation et de programmation

Vous pouvez par exemple installer un thermostat d’ambiance, qui vous permettra d’anticiper vos besoins en chauffage et de réaliser des économies de gaz. Pratique si vous souhaitez éviter de porter 2 polaires dans votre salon en rentrant de votre cours de gym suédoise préféré à 22h en plein mois de décembre. 

Vous pouvez également équiper chacun des émetteurs de chaleur d’un système de régulation comme des robinets thermostatiques ou des vannes thermostatiques connectées. En un clic sur votre téléphone, cela vous permettra de régler et programmer finement la température de chaque pièce en fonction de vos habitudes de vie.

Éviter de trop chauffer votre logement

Dernier conseil : évitez de surchauffer votre logement ! Fiez-vous aux recommandations de l’Agence de la Transition écologique (ADEME) : 

  • 17 degrés dans la chambre (tout juste la bonne température pour donner envie à votre chéri·e de se blottir contre vous) ;
  • 22 degrés dans la salle de bain pendant son utilisation (inutile de la chauffer sinon) ;
  • 19 à 21 degrés dans les pièces de vie comme la salle à manger. Mieux vaut se pelotonner sous un plaid que de gaspiller de l’énergie en surchauffant votre salon lorsque vous êtes dans votre canapé !

Quelles sont les alternatives au chauffage au gaz ?

Par souci écologique, beaucoup s’interrogent sur les meilleures alternatives au chauffage au gaz naturel. Un questionnement renforcé depuis peu par les tensions géopolitiques récentes autour de cette énergie fossile.

Suite à la RT 2020, le chauffage au gaz n’a par ailleurs plus le vent en poupe. Cette Réglementation Thermique prévoit en effet l’interdiction d’installer une chaudière à gaz dans toute construction neuve. 

Pour réduire votre empreinte carbone et accroître votre indépendance énergétique, vous pouvez vous tourner vers des modes de chauffage 100% renouvelables

Aujourd’hui, des dispositifs tels que les pompes à chaleur (PAC)  aérothermiques ou géothermiques bénéficient de meilleurs rendements que la majeure partie des chaudières au gaz. Ils présentent également l’avantage de fonctionner quasiment exclusivement avec des énergies renouvelables. Si les coûts d’investissement peuvent sembler élevés, il convient alors de s’interroger lors de la rénovation d’une maison ou de la construction d’une maison neuve

Voici d’autres conseils pour mieux maîtriser votre empreinte carbone 

©2022 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés