D’après l’Ademe, « l’empreinte carbone correspond aux émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à notre consommation, c’est à dire notre mode de vie ». Le calcul de l’empreinte carbone prend donc en compte notre production intérieure de biens et services et également les émissions associées aux importations. Comment la mesurer ? Quels secteurs ont le plus d’impact sur notre empreinte carbone ?

Photo d'une usine qui rejette de la fumée.

Mesure de l’empreinte carbone : l’impact des activités humaines

Mesurer l’empreinte carbone permet de regarder l’impact qu’a notre consommation sur le réchauffement climatique. Pour cela, on prend en compte les émissions de gaz à effet de serre dites « anthropiques ».

En effet, l’impact carbone des activités naturelles, comme une éruption volcanique, un tremblement de terre n’est pas maitrisable par l’être humain. (Enfin, pas que nous sachions, si vous avez le pouvoir de contrôler les volcans et les océans, nous vous engageons à rejoindre l’académie des X-mens ! 😉)

D’autre part, il ne serait pas très fair-play d’accuser les volcans. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), ce sont bel et bien les émissions de dioxyde de carbone (CO2) « anthropiques » qui sont à l’origine du réchauffement climatique.

Bilan carbone : quels secteurs ont le plus d’impact ?

Afin de calculer les émissions de CO2 et des autres GES d’origine humaine, il est possible de faire un bilan carbone. On peut le faire au niveau d’un pays, on peut mesurer l’empreinte carbone de la France, ou au niveau d’un territoire, d’une entreprise ou même à échelle individuelle.

Pour cela, on s’attache à regarder certains secteurs en particulier, notamment : 

Mieux maitriser notre empreinte carbone, c’est possible ?

Aujourd’hui, quatre secteurs pèsent particulièrement sur l’empreinte carbone des Français.es. Le niveau de notre empreinte carbone par habitant s’établit à 11,2 tonnes équivalent CO2.

Malheureusement, c’est bien trop haut. Pour respecter l’accord de Paris sur le climat et « contenir la hausse de la température moyenne, par rapport aux niveaux préindustriels, bien en dessous de 2°C, et la limiter autant que possible à 1,5°C », il faudrait descendre à une empreinte carbone avoisinant 1,6 tonne de CO2 émis par personne. Cela signifie qu’il faudrait réduire par 10 notre impact carbone.

Alors on ne va pas se le cacher, c’est difficile, mais pas impossible. D’ailleurs « Impossible n’est pas français » disait Napoléon. À nous de prouver qu’il avait raison. Pour cela, deux voies complémentaires s’offrent nous :

  • La réduction des consommations. En achetant moins de produits digitaux, en isolant mieux sa maison pour dépenser moins en chauffage, etc. on fait des économies en euros et en carbone ! C’est une bonne chose pour notre porte-monnaie et pour le climat 😉
  • La compensation carbone. « Annuler » les émissions de carbone en s’engageant dans des projets de reforestation, par exemple.

Et, comme on est sympa, on a développé une petite application pour vous aider à diminuer votre impact carbone : le coach carbone d’ekWateur. Vous allez voir, ce n’est pas bien dur d’avoir un impact positif sur la planète (donc neutre en CO2, et oui, selon une petite « ekWation » d’ekWateur + = 0) 😉.

En savoir plus

©2021 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés