Dernier maillon de la chaîne de production de l’énergie, l’énergie finale est celle qui arrive jusqu’à nous. Concrètement, quelle réalité recouvre-t-elle ? Réduit elle notre bilan carbone ? Quel est son lien avec l’énergie primaire ? En route pour une explication avec le Coach Carbone d’ekWateur. Destination finale : bien comprendre l’énergie finale !

L'image représente des ampoules disposées comme le pendule de Newton.

Définition d’énergie finale

D’après la définition de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), « l‘énergie finale ou disponible est l’énergie livrée au consommateur pour sa consommation finale ». Il s’agit donc de l’énergie utilisée par les ménages chez eux ou par les entreprises dans leurs locaux professionnels. On entend par là l’électricité, les carburants, l’énergie issue des systèmes de chauffage. Bref, ce qui nous sert à bouger, à nous chauffer, à nous éclairer, etc.

Cette énergie finale provient d’une énergie primaire qui a subi des transformations ou non. Ainsi, l’électricité que vous consommez chez vous provient toujours d’une source primaire transformée. En effet, la production d’électricité peut être réalisée par :

  • Des énergies renouvelables (panneaux solaires, éoliennes, centrales hydrauliques, etc.) ;
  • Des énergies fossiles (centrales thermiques à gaz, à charbon, à fioul, etc.) ;
  • Des énergies fissiles (centrales nucléaires).

La majorité des énergies primaires sont :

  • Mécaniques (elles impliquent un mouvement), c’est le cas par exemple pour l’énergie hydraulique ;
  • Thermiques (elles génèrent de la chaleur). On peut penser à la géothermie ;
  • Chimique (créé par le biais d’une réaction chimique). Les énergies fossiles sont considérées comme des énergies chimiques puisqu’elles naissent de l’altération de matière organique.

De son côté, l’énergie électrique est toujours une énergie secondaire ou finale puisqu’elle est issue de consommation d’une ou plusieurs autres formes d’énergie.

Parfois, une source d’énergie primaire peut aussi être considérée comme une énergie finale. C’est par exemple le cas du gaz naturel. On le trouve dans la nature et on l’utilise pour chauffer notre logement.

Convertir l’énergie primaire en énergie finale

Pour bien faire la différence entre énergie primaire et énergie finale, on peut comparer avec la production de papier. Celui-ci est fait à base de bois, c’est la source. En d’autres termes, notre énergie primaire. Il passe par tout un tas de processus pour devenir une feuille A4, en d’autres termes, notre énergie finale ! 

Dès lors qu’il y a transformation (que ce soit pour produire de l’électricité ou du papier), il y a consommation d’énergie. C’est pourquoi, il est possible de mettre en place un calcul pour déterminer la consommation d’énergie primaire à partir de la consommation d’énergie finale.

Comme l’explique l’association Coénove, qui rassemble des acteurs de la filière gaz « Conventionnellement, le coefficient de conversion de l’électricité en France est de 2,58. C’est-à-dire qu’on considère qu’il faut 2.58 kWh d’énergie primaire pour produire 1 kWh d’énergie électrique finale ».

À titre de comparaison, pour le gaz naturel le coefficient de conversion est de 1. On considère qu’il faut 1 kWh d’énergie primaire de gaz naturel pour 1 kWh de gaz naturel final.

À part par amour des maths, pourquoi se lancer dans de tels calculs ? 🤔 Excellente question à laquelle nous nous empressons de répondre.

Pourquoi mesurer l’énergie finale ?

Mesurer l’énergie finale permet de se rendre compte de nos usages énergétiques. C’est typiquement ce que font les fournisseurs d’électricité, lorsqu’ils vous envoient une facture d’électricité.  Sur votre facture, vous retrouvez la quantité́ d’énergie consommée en kWh, à savoir la quantité d’énergie finale utilisée au sein de votre logement.

Mesurer l’énergie primaire permet de se rendre compte de l’évolution de l’exploitation des ressources mondiales faites par l’être humain. Pouvoir passer de l’un à l’autre permet donc de mettre en perspective notre consommation d’énergie, l’utilisation des ressources naturelles mais aussi nos émissions de gaz à effet de serre.  

Par exemple, selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), l’électricité représente 19.3% de la consommation d’énergie finale dans le monde. Cette électricité est produite à base d’énergies primaires. À l’heure actuelle, c’est le charbon qui domine le mix énergétique mondial. Il représente 38.2% de la production d’électricité sur terre. À titre de comparaison, les sources d’énergies renouvelables représentent 25,6% de la production d’électricité mondiale.

Grâce à ces données, on peut mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à l’électricité, donc l’empreinte carbone de notre production d’électricité. Il faut savoir qu’un kWh d’électricité produit à base de charbon, émet 1060 grammes de CO2 contre 7 grammes de CO2 pour l’éolien. Concrètement, lorsque l’on souscrit une offre d’énergie verte, l’utilisation d’énergie finale est la même que pour une offre d’électricité classique. En revanche, l’utilisation d’énergie primaire totalement différente. Intéressant non, lorsqu’on l’on doit faire des choix pour son logement ? 😉

Lire nos autres articles

©2022 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés