L’empreinte carbone, c’est l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre rejetées par un être humain, une entreprise ou encore un pays. Elle permet de mesurer les effets de chacun et de chacune sur le réchauffement climatique. Et moins on y participe, mieux c’est ! 😉 À combien sont portées les émissions de CO2 par habitant.e dans le monde ? Y-a-t-il une grande différence entre l’empreinte carbone de l’Europe, de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique du Nord ? Ou au contraire la répartition est-elle homogène ? C’est ce qu’ekWateur va tenter de démêler dans cet article. C’est parti pour un voyage autour du globe ! 🌍

Cheminées d'appartements en ville qui fument.

Quelle est l’empreinte carbone moyenne d’un être humain sur Terre ?

Selon les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’empreinte carbone moyenne d’un être humain sur terre est de 4,372 tonnes de CO2 par an (chiffres 2015).

Pour vous donner une idée, une tonne d’émissions de CO2 équivaut à un vol aller/retour Paris-New-York par passager. En moyenne, un Terrien.ne consomme donc l’équivalent de 4 allers-retours Paris-NY. Alors beaucoup ou pas beaucoup ?

Plutôt beaucoup ! En théorie, pour respecter les engagements pris lors de l’accord de Paris, il faudrait limiter notre empreinte carbone entre 1 et 2 tonnes par habitant.e du monde. Cela permettrait de ne pas dépasser 1,5°C à 2°C d’ici 2100.

D’autant plus que l’étude de l’OCDE prend simplement en compte, les rejets de CO2 d’origine énergétique. Elle ne s’attache pas à regarder la consommation de viande ou les usages digitaux des ménages. On peut donc penser que l’empreinte carbone de chacun.e est bien plus importante.

Des disparités géographiques importantes

Si la moyenne est portée à 4,372 tonnes de CO2 par an et par personne, elle est loin d’être homogène. En effet, tout le monde ne consomme pas pareil et cela se note au niveau géographique. C’est ce que montre le tableau suivant issu des données de l’OCDE.

Comparaison de l’empreinte carbone par habitant en fonction de son pays de résidence en 2015 (émissions de CO2 d’origine énergétique) – OCDE
Pays / régionEmpreinte carbone par personne en tonne de CO2PIB par habitant en dollars US (2018)
Arabie Saoudite18,85623 338,96
USA18,11262 794,59
Allemagne10,44547 603,03
EU28 (avant le Brexit)7,81130 200
Royaume-Uni8,80542 943,90
Espagne6,33330 370
France6,90441 463,64
Cambodge0,8121 510,32
Brésil2,3088 920,76
Monde4,372
Inde1,4662 009,98 
Chine5,7119 770,85
Russie8,11411 288,87

Comment expliquer de telles disparités en matière de production de dioxyde de carbone ? Il s’agit d’un ensemble de facteurs. Regardons cela à la loupe. 🔍

Empreinte carbone par habitant.e et niveau de vie

Il faut rappeler que l’empreinte carbone est une mesure de notre consommation. Or, cela est très lié à notre niveau de vie. C’est à dire à notre possibilité de consommer soit pour des raisons :

  • De revenus. Moins on a de moyens moins on peut s’équiper, notamment s’équiper en électroménager ou acheter une voiture ou un deux-roues ;
  • D’accès aux énergies et notamment au réseau électrique.

C’est tout l’intérêt de le mettre en perspective avec le PIB. Globalement, on voit bien que plus le PIB monte, plus on a tendance à émettre du CO2. Les habitant.es du Cambodge, pays parmi les plus pauvres de la planète, ont une empreinte carbone très faible. Et malheureusement, cela peut s’expliquer par le faible niveau de raccordement de la population à l’électricité. Selon, les données de l’Agence Française de Développement (AFD), « seulement 25% des foyers cambodgiens ont accès au réseau d’électricité ». La demande intérieure d’électricité reste donc relativement faible.

Le poids du mix énergétique 

D’autre part, l’équilibrage du mix énergétique dans la production d’électricité joue sur l’empreinte carbone. L’exemple de l’Arabie Saoudite est frappant. Si le pays témoigne d’une forte empreinte carbone, c’est notamment du fait de sa production d’électricité.

Selon l’Ambassade de France en Arabie Saoudite, « À fin 2018, le mix électrique du pays se décomposait comme suit : 60,8% de la capacité installée pour les centrales thermiques au gaz, 17,8% pour les centrales au fioul, 17,7% pour les centrales à cycle combiné, et 3,7% centrales à générateur diesel. ». Le pays étant un grand producteur d’hydrocarbures, pour des raisons économiques, a basé son mix énergétique sur les énergies fossiles. Or, ce sont les énergies qui rejettent le plus de CO2 lors de leur combustion. Si l’on en croit l’Ademe, produire 1 kWh d’électricité avec du gaz rejette 418 grammes de CO2 contre 7 pour l’éolien et 6 pour l’hydraulique.

À l’inverse, le Brésil témoigne d’une empreinte carbone par habitant.e relativement faible. Hormis les questions évidentes de niveau de vie, cela s’explique aussi par le choix d’une électricité verte, en majorité. En 2019, 62,5% de l’électricité brésilienne était produite par la filière hydraulique et 16,6% par d’autres énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, etc.).

Empreinte carbone par habitant dans le monde : quelles perspectives ?

L’évolution de l’empreinte carbone dans le monde est maintenant liée au développement des réseaux d’électricité et aux politiques énergétiques des Etats.

Evidemment, on doit souhaiter à tous les ménages de pouvoir avoir accès à l’électricité. C’est pourquoi, pour réduire l’empreinte carbone mondiale, il convient de développer les énergies renouvelables. Et, chez ekWateur, nous sommes d’incorrigibles optimistes ! On vous laisse donc sur une analyse de Fatih Birol, le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) :  « Mon constat est que le solaire est en passe de devenir le nouveau roi des marchés mondiaux de l’électricité. Sur la base des paramètres politiques actuels, il est en passe d’établir de nouveaux records de déploiement chaque année après 2022. Si les gouvernements et les investisseurs intensifient leurs efforts en matière d’énergie propre, conformément à notre scénario de développement durable, la croissance des énergies solaire et éolienne serait encore plus spectaculaire – et extrêmement encourageante pour relever le défi climatique mondial. » Ça fait chaud au cœur, non ? ☀️

En savoir plus

©2021 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés