Avec plus 1 °C en France Métropolitaine au XXe siècle et 0,6 °C dans le monde, le changement climatique est devenu un phénomène indéniable. Comment cette hausse des températures s’est-elle produite ? Qu’implique-t-elle ? ekWateur fait le point sur les causes et conséquences du réchauffement climatique.

Un ours blanc dans le désert regarde la banquise sur un panneau publicitaire.

Causes du réchauffement climatique : une origine anthropique

Le réchauffement climatique est un phénomène d’origine humaine ou « anthropique ». Alors oui, ça pique de savoir que nous en sommes responsables. Aux yeux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) « l’influence humaine sur le système climatique est claire et les émissions anthropiques récentes de gaz à effet de serre sont les plus élevées de l’histoire ».  Explications.

Les principaux gaz à effet de serre

Pour bien comprendre d’où vient le réchauffement climatique, il convient de voir quels sont les gaz à effet de serre qui y participent. Suite au protocole de Kyoto, on estime que 6 gaz contribuent à la hausse des températures :

  • Le dioxyde de carbone (CO2) ;
  • Le méthane (CH4) ;
  • Le protoxyde d’azote (N2O) ;
  • L’hexafluorure de soufre (SF6) ;
  • Les hydrofluorocarbures (HFC) ;
  • Les perfluorocarbures (PFC).

Ces 6 éléments chimiques se retrouvent dans nos consommations du quotidien. « Nous l’allons montrer tout à l’heure » comme disait La Fontaine. C’est à dire tout de suite en vieux français ! 😉

Les activités humaines au bilan carbone important

Si les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l’air augmentent et font peser notre bilan carbone, ce sont nos activités économiques qui en sont la cause. D’après l’Union européenne les secteurs qui y contribuent le plus sont :

  • La consommation d’énergies fossiles, comme le charbon, le fioul, le pétrole et le gaz naturel. On y a surtout recours dans l’industrie, les transports et la production d’électricité ;
  • L’agriculture et l’élevage intensif. Selon Futura Sciences « l’élevage se révèle responsable de 53% des émissions de protoxyde d’azote (N2O) et de 44% de celles de méthane (CH4). Un problème, lorsque l’on sait que sur 100 ans, le N2O présente un pouvoir réchauffant près de 300 fois plus élevé que le CO2 et le CH4 un pouvoir réchauffant plus de 20 fois plus élevé que le CO2 ».
  • La déforestation. Puisque les arbres ne peuvent plus assurer leur fonction de régulation du CO2. L’association WWF estime que la déforestation représente 20% de nos émissions de gaz à effet de serre.
  • Les gaz réfrigérants, présents notamment dans les aérosols, les climatiseurs et réfrigérateurs.

Réchauffement climatique, des conséquences désastreuses

Les conséquences du réchauffement climatique ne sont pas des moindres. De l’environnement à l’économie en passant par la santé, le changement climatique est un des maux les plus sévères de notre siècle.

Destruction des écosystèmes et des paysages

Le changement climatique conduit à une modification des paysages et ce n’est pas pour le mieux. Dans le cadre des forêts, c’est particulièrement frappant. Comme le souligne Météo France, « Des températures plus élevées favorisent la transpiration des plantes et la diminution de l’eau contenue dans les sols. La végétation s’asséchant, le risque de départ de feu est plus fort. La quantité de combustible disponible une fois l’incendie déclaré augmente également ».

Nous avons tous en tête les images dramatiques des incendies en Amazonie et en Australie de ces dernières années. Et il va sans dire que les flammes ravagent la biodiversité de ces endroits.

Sans aller jusqu’aux incendies, le phénomène de hausse des températures en lui-même impacte la faune et la flore mondiale. D’après le ministère de la Transition écologique, 20% à 30% des espèces animales et végétales sont menacées d’extinction à l’heure actuelle.

Augmentation de la faim dans le monde

Si le bilan animal et végétal est catastrophique, le bilan humain n’est guère plus reluisant. En effet, le réchauffement climatique accélère les inégalités sur la planète. Notamment, il risque d’aggraver le problème de la faim.

Comme l’explique l’ONG Action contre la faim « Aujourd’hui, plus de 690 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim pour diverses raisons et le changement climatique est l’une d’entre elles. Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), si rien n’est fait, 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de la faim d’ici à 2080 à cause du changement climatique ».

En effet, la hausse des températures assèche les sols qui deviennent de moins en moins cultivables. A cela s’ajoute :

  • Le problème de l’utilisation d’engrais chimiques qui appauvrissent encore les terres ;
  • L’urbanisation grandissante qui mobilise les sols.

Sur la planète, 0,5% des terres arables disparaissent tous les ans. Et si cela est vrai dans des pays en développement, c’est aussi très vrai en France. D’après le magazine Géo, « Chaque seconde, 26 m² de surfaces agricoles cultivables disparaissent en France, soit 82 000 hectares à l’année, l’équivalent de huit fois la ville de Paris. »

L’apparition de maladies

Enfin, le réchauffement climatique a aussi des conséquences sur notre santé. La Covid-19 l’aura montré, nous ne sommes jamais à l’abri d’une pandémie. En effet, la fonte du pergisol joue l’effet d’une bombe à retardement pour l’être humain.

Selon la définition du Larousse, le pergisol (permafrost en anglais) correspond au « sol minéral brut des régions arctiques à l’horizon gelé en permanence à une certaine profondeur et formé de débris de roches dures plus ou moins broyées par l’érosion glaciaire, en mélange avec de la glace ».

Congelé, ce permafrost renferme tout un tas de virus éteint. Or, la surface du pergisol fond et pourrait réveiller des virus vieux de plus de 30 000 ans.

D’autre part, la déforestation constante est un vecteur de rencontre entre l’humain et l’animal. Cela favorise l’apparition de zoonoses, des maladies qui passent de l’animal à l’être humain. D’après Greenpeace, « La déforestation, si elle n’est jusqu’à présent pas mise en cause dans l’épidémie de Covid-19, a toutefois contribué au développement de nombreuses maladies infectieuses, comme la malaria ou Ebola ».

Face à cela, difficile de rester les bras croisés. Pourtant, l’urgence climatique, donc l’urgence à agir est bel et bien là ! Pas toujours simple de savoir par où commencer, on vous l’accorde. Pour vous aider à réduire votre empreinte carbone, il existe un petit outil bien pratique : l’application Coach Carbone d’ekWateur. Ensemble, on calcule votre bilan carbone personnel et on voit comment faire baisser le résultat. Intéressant, non ? 😉

En savoir plus

©2022 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés