N’en déplaise à votre oncle climatosceptique, le changement climatique est devenu une réalité. Il est notamment dû aux émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre (GES) liés à l’activité humaine. Cela étant, il faut le reconnaître, il n’est pas toujours facile de mesurer notre empreinte carbone, celle de notre entreprise ou même de notre pays. Pour ce faire, l’Ademe a developpé un outil : le Bilan Carbone. À quoi sert-il exactement ? Sur quelles méthodes de calcul se base-t-il ? ekWateur fait le bilan sur le bilan carbone. 😉

Sur une main est déposée une tablette qui numérise une voiture verte, un vélo vert, des éoliennes, la planète terre, une ampoule, un soleil, une prise électrique, le logo recyclable. Au milieu de tous ces éléments est écrit "CO2".

Bilan carbone : définition et méthode de calcul

Selon l’Ademe, le Bilan GES ou Bilan Carbone est « une évaluation de la quantité de gaz à effet de serre émise (ou captée) dans l’atmosphère sur une année par les activités d’une organisation ou d’un territoire ». Il ne se limite pas aux entreprises et collectivités. Un être humain peut aussi calculer son bilan carbone personnel.

La méthode du bilan carbone vise à prendre en compte l’ensemble des émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre d’un bien, d’un service, d’une personne, d’une entité privée ou public. Pour cela, elle regarde :

  • La consommation d’énergie du sujet et la provenance de celle-ci (énergies fossiles, énergies renouvelables, ou énergie nucléaire, etc.) ;
  • Les consommations de produits alimentaires, d’objets, de services ou de matières importés ou achetés sur le territoire (production, matières premières, transports, recyclage, etc.) ;
  • Les modes de déplacements (avion, vélo, voiture, cheval de course, etc.) ;
  • Les usages digitaux (invisible à l’œil nu, la conservation de données dans des serveurs informatiques peut générer du CO2), etc.

Pour réaliser un bilan carbone, on se base sur les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Anthropique ? 🤔  Oui, on veut bien reconnaître que ce n’est pas un mot de vocabulaire très courant. Cela signifie, « causé par les activités humaines ». Le protocole de Kyoto reconnaît 6 gaz à effet de serre d’origine anthropique :

  • Le dioxyde de carbone (CO2)
  • Le méthane (CH4)
  • Le protoxyde d’azote (N2O)
  • L’hydrofluorocarbure (HFC)
  • Le perfluorocarbure (PFC)
  • L’hexafluorure de soufre (SF6)

Les résultats du bilan carbone sont exprimés en kilogrammes ou tonnes équivalent CO2. En effet, le CO2 est le principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. On convertit donc les émissions des autres gaz en équivalent carbone. Cela permet d’avoir une seule unité de mesure. Pour faire un parallèle, on peut prendre l’exemple d’une entreprise. Celle-ci est basée en France et vend en majorité en euros. Mais elle a aussi des branches au Mexique, au Japon et au Sénégal. Elle génère donc des revenus en euros, pesos mexicains, yens et francs CFA. Au moment d’établir les résultats totaux, on convertira les monnaies en équivalent euros. Cela permettra de se rendre compte de l’activité globale de l’entreprise. C’est la même chose pour le bilan carbone. Tout peut être converti en équivalent CO!

Pourquoi calculer le Bilan Carbone d’un organisme ?

Le Bilan Carbone est l’une des manières de mesurer l’empreinte carbone, c’est à dire la quantité de gaz à effet de serre émise par une structure. Le Bilan Carbone est donc une méthode de calcul, l’empreinte carbone, un résultat.

Cette comptabilité carbone permet de mesurer les impacts d’un sujet donné sur le réchauffement climatique. Dans l’Hexagone, la réalisation d’un Bilan GES est obligatoire pour toutes les entreprises :

  • De plus de 500 salarié.es installées en France métropolitaine ;
  • De plus de 250 salarié.es dans les territoires d’outre-mer.

Pour le reste des entreprises, il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé. Pour réaliser un bilan carbone en entreprise, il faut faire appel à un organisme certifié par l’Ademe, comme par exemple, l’Association Bilan Carbone. Le Bilan Carbone donne lieu à l’élaboration d’une stratégie bas carbone, visant à engager la société dans une démarche de développement durable. C’est une bonne base pour les entreprises qui souhaitent renforcer leur politique RSE.

À échelle individuelle, vous pouvez utiliser une application empreinte carbone, comme le Coach Carbone d’ekWateur. Vous pourrez ainsi faire le bilan sur vos émissions de gaz à effet de serre.

Réduire ses émissions de gaz à effet de serre

Faire un bilan carbone, c’est bien, ça permet de tirer des conclusions. C’est donc la première étape de votre démarche vers une vie plus écologique. Et ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, vous ne croyez pas ?

En effet, si le réchauffement climatique est un phénomène grave qu’on ne peut pas nier, on peut y remédier. Il existe des solutions au réchauffement climatique. Un peu comme dans un jeu dont le but est de se débarrasser de toutes ses cartes, pour gagner la bataille contre le dérèglement climatique, nous devons nous délester aux maximum de nos émissions de CO2. Les diminuer le plus possible !

Et pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, un seul mot d’ordre « consommer moins, consommer mieux ». Consommer moins, c’est à dire réduire nos dépenses au strict minimum. Cela ne veut pas dire qu’il va falloir uniquement manger des lentilles et s’éclairer à la bougie. On ne va pas vous faire revenir à l’âge de pierre. 😉 Rassurez-vous, vous pourrez toujours manger du chocolat et utiliser de l’électricité ! Quand on parle de strict minimum, on pense surtout à :

  • La réduction de nos usages des emballages en optant pour un mode de vie zéro déchet. En effet, le plastique provient du pétrole et le carton, contribue à la déforestation. Alors du chocolat oui, mais sans huile de palme et acheté en vrac. 😋
  • La réduction de nos déperditions d’énergie. Vous reconnaitrez aisément que gaspiller l’énergie, ça n’a pas de sens. Et pour cela, rien ne vaut la rénovation thermique des bâtiments. Pour vous cela se traduit par une baisse de la facture d’électricité et un gain de confort thermique ;
  • La réduction de nos déplacements en avion et en voiture au profit de mobilités durables comme le vélo, les transports en commun et le train.

Ces trois points sont évidemment des exemples. Il y a mille manières de réduire son empreinte carbone. Et ils tendent à vous montrer que chacun.e à sa manière peut agir ! Vous vous joignez à nous ? 😉

En savoir plus

©2021 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés