Un panier rempli de légumes du potager

La crise sanitaire n’a pas eu que des effets négatifs sur nos habitudes. En effet, les périodes de confinement ont boosté l’engouement des Français-es pour le jardinage. En 2020, ce secteur a connu une croissance de 8,4% contre 2% en 2019 (selon GfK). Et ce n’est pas la planète qui va s’en plaindre !

Ce véritable retour à la terre et aux sources présente de véritables avantages pour l’environnement. Les beaux jours sont là, alors on jardine ?

Avoir son propre potager pour préserver la planète

On ne vous a jamais dit qu’aller au supermarché pouvait vous faire voyager ? Si si si, vous avez bien compris, voyager ! Lorsque vous arrivez au rayon des fruits et légumes, il n’est pas rare de voir des produits venus d’Espagne, du Pérou, des Antilles, etc. Cependant, pour arriver là, ces produits ont dû parcourir plusieurs dizaines de kilomètres. C’est là tout le problème. C’est pourquoi, faire son potager permet de réduire l’empreinte carbone générée par le transport et la production alimentaire et d’une pierre de coup sa propre empreinte carbone. Moins besoin d’aller en magasin, vous avez ce dont vous avez besoin à votre porte ou plutôt dans votre jardin. 😉

Par ailleurs, lorsque vous réalisez votre propre potager, vous évitez la consommation de fertilisants chimiques, de pesticides, d’emballages et de transformation des aliments. Et ce n’est pas tout ! Vous améliorez également la qualité de l’air. Comme toutes les plantes, vos cultures consomment du dioxyde de carbone (CO2) et rejettent de l’oxygène. Ainsi, elles purifient l’air et produisent en même temps de l’oxygène, en quantité proportionnelle à leur taille évidemment. En effet, lorsque l’on sait qu’un arbre produit entre 15 et 30 kg d’oxygène en surplus par an et qu’une personne adulte a besoin de 700 g d’oxygène par jour, elle consomme donc l’équivalent de la quantité d’oxygène fournit par dix arbres en une année. On comprend mieux pourquoi les forêts sont si importantes. 🌳

Cultiver ses propres fruits et légumes est l’un des moyens, à son échelle, de compenser (un peu) ses émissions, c’est-à-dire de compenser en petite partie vos activités du quotidien impactant l’environnement (prendre la voiture la voiture par exemple).

Avoir son propre potager pour recycler ses déchets 

Les biodéchets, constitués des déchets alimentaires et des autres déchets naturels biodégradables, représentent un tiers des poubelles résidentielles des Français-es. On n’en a pas forcément conscience, mais ces ordures ménagères sont à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre. Si les biodéchets ne sont pas triés à la source, ils finissent comme le reste des déchets non recyclables : enfouis ou incinérés. C’est pourquoi il est primordial de séparer ses déchets organiques des autres pour éviter les émissions, la pollution des sols, les mauvaises odeurs, la transmission de maladies, etc. Les déchets verts formés par les végétaux à la suite d’activités de jardinage peuvent également faire un engrais naturel très efficace.

Bien recyclés, les biodéchets sont une véritable mine d’or pour l’environnement. Ils peuvent produire de l’énergie (gaz vert) ou enrichir la terre. Le moyen le plus simple de recycler ces déchets est d’en faire du compost. La matière organique retourne ainsi à la terre et le cycle naturel de décomposition est reproduit, comme en forêt. Votre potager vous remerciera avec des légumes encore meilleurs !

Par ailleurs, les déchets non recyclables peuvent également être très utiles pour réaliser votre propre potager. De nombreux emballages de votre cuisine peuvent être réutilisés pour cultiver des plantes. Vous pouvez donner une seconde vie à vos boîtes de conserve ou bouteilles en plastique pour créer un petit jardin d’herbes aromatiques ou pour faire pousser des légumes qui se prêtent bien à ce type de culture, comme les radis ou les petits pois. Laissez parler votre créativité. 😉

Avoir son propre potager pour manger bio

Les dangers des pesticides sur l’environnement et la santé sont déjà bien connus dans notre société. Selon les scientifiques et la base de données de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), on estime qu’environ 385 millions de cas d’intoxications aiguës non intentionnelles se produisent chaque année dans le monde, dont environ 11 000 décès. C’est pourquoi, l’agriculture biologique et les circuits courts sont en vogue depuis quelques années. En effet, de plus en plus de personnes choisissent d’acheter directement au producteur, sans passer par plusieurs intermédiaires. Cependant, certains consommateurs-ices n’ont pas forcément entièrement confiance dans les labels bio et trouvent cela onéreux. Par conséquent, avoir son propre potager permet de manger bio à moindre coût, mais aussi de varier son alimentation en découvrant des fruits et légumes longtemps oubliés.

On vous voit venir, en disant que vous n’avez pas de jardin ou pas de place pour faire votre potager parce que vous habitez en ville. Tout est possible, même sur un balcon de 4m2 vous pouvez faire pousser vos plantations. Alors plus d’excuses, à vos pots et arrosoirs ! Et comme le dit la Compagnie Créole “C’est bon pour le moral” 🎶.

En savoir plus

©2022 Lempreintecarbone.fr Tous droits réservés